Dernières nouvelles

  • Accueil
  • Blog
  • SUISSE – Économie Post Covid -19 – Les mauvaises surprises de l’après

SUISSE – Économie Post Covid -19 – Les mauvaises surprises de l’après

covid-19

Pour les petites entreprises et nos ainés, l'économie de l'après crise COVID-19 pourrait être dramatique… Caisses de pension déjà en difficulté qui vont souffrir d'avantage et PME, qui arrivent tout juste à s'en sortir normalement, qui risquent bien d'agoniser en seconde période… 

Comment la Suisse va-t-elle se sortir de cette après-crise exceptionnelle ?

Sincèrement bien intrépides seraient celles et ceux qui s'avanceraient en prévisions… Néanmoins certaines nouvelles plutôt logiques arrivent maintenant et elles nous font comprendre deux choses essentielles :

Les frais généraux sont le post le plus important à optimiser quand on est entrepreneur et il faut toujours imaginer comment s'en sortir en cas de difficulté

Dans sa vie il faut toujours penser comme un entrepreneur et gérer sa vie et ses rendement futurs sans faire aveuglément confiance à des tiers, mais en avoir soi-même la maîtrise.

Chers retraités, maintenant vous le savez, avec la baisse de cotisations sociales et le bouillon que vont prendre un grand nombre d'entreprises vos retraites viennent d'être « karshérisées » au napalm…

Ci-dessous deux articles qui expliquent très bien cette introduction.

Alain Farrugia

Les caisses de pension souffrent du coronavirus

Elles connaissent le plus important repli depuis le troisième trimestre 2001. Leurs taux de couverture sont fortement réduit

La performance négative sur les trois premiers mois de l'année a d'ores et déjà réduit à néant trois quarts des gains réalisés en 2019 Image: Keystone

Les implications économiques de la pandémie de coronavirus n'épargnent pas la fortune des caisses de pension helvétiques, selon le relevé périodique publié mercredi par le cabinet de conseil Willis Towers Watson.

La contraction de la valorisation des placements dans les entreprises du pays a enfoncé pour la seconde fois seulement en trois ans l'indice du cabinet de conseil, qui mesure le taux de couverture, en-dessous de la marque des 100%.

La performance négative sur les trois premiers mois de l'année a d'ores et déjà réduit à néant trois quarts des gains réalisés en 2019. L'impact sur les bilans a toutefois pu être atténué par la multiplication des prêts aux entreprises. Le taux de couverture s'établissait fin mars à 98,3%, contre encore 105,2% trois mois plustôt.

Les auteurs de l'étude soulignent néanmoins que les caisses de pension dispose du luxe de s'inscrire dans des horizons de placement sur le long terme et d'être ainsi relativement épargnées par les turbulences à brève échéance.

Rendement négatif

Sur le plan des résultats, les caisses de pension ont accusé un rendement négatif au cours du premier trimestre dans un contexte marqué par la propagation du coronavirus. L'indice Credit Suisse a cédé 7,4% à 172,36 points. Il s'agit du plus important repli depuis le troisième trimestre 2001, indique mercredi le relevé périodique de la banque.

La majeure partie de l'évolution négative au cours du premier trimestre est due aux actions (-5,53%), performance plombée par les titres tant suisses (-1,58%) qu'étrangers (-3,94%), précise le communiqué.

Par ailleurs, l'immobilier (-0,49%) est également négatif. Les obligations (y compris convertibles) ont pesé sur le résultat avec une contribution de -1,14%. Les placements alternatifs et les autres actifs ont été plutôt discrets, mais également négatifs. En revanche, les liquidités ont été légèrement positives.

L'indice du taux d'intérêt minimum LPP a progressé de 0,38 point (soit 0,25%) au cours du trimestre sous revue, à 155,54 points, également sur une base de 100 points au début de l'an 2000. Au 1er trimestre 2020, le rendement de l'indice Credit Suisse des caisses de pension suisses est donc inférieur de -7,65% à l'objectif LPP.

L'indice Credit Suisse des caisses de pension suisses affiche un rendement annualisé de 2,73% au 31 mars 2020, tandis que la rémunération minimale LPP annualisée s'inscrit à 2,21%.


Des subtilités se cachent derrière les crédits garantis par la Confédération 

Nom de l'artiste - RTS - Info Les subtilités des crédits garantis par la Confédération On en parle / 7 min. / lundi à 08:36.mp3

Les prêts garantis par la Confédération pour aider l'économie suisse face à la crise liée au Covid-19 comportent quelques subtilités. Entre autres, le taux de 0% ne s'applique qu'aux prêts de moins de 500'000 francs et n'est garanti que la première année.

Les Crédits COVID-19 garantis par la Confédération à un taux de 0% ne portent que sur les emprunts de moins de 500'000 francs. Pour les sommes plus importantes, il existe les "Crédits COVID-19 Plus", qui sont eux à un taux de 0,5%. Mais attention, ces deux taux de 0% et 0,5% ne sont garantis que la première année.

Une lecture attentive de l'Ordonnance sur les cautionnements solidaires liés au COVID-19 permet en effet de découvrir que le Département des finances peut dès le 31 mars 2021 décider en concertation avec les banques d'une réévaluation des taux d'intérêt. Les taux pourraient donc potentiellement augmenter dès l'année prochaine.

Des taux qui pourraient prendre l'ascenseur

Interrogé par la RTS dans l'émission On en parle, Fabian Maienfisch, le porte-parole du SECO (le Secrétariat d'Etat à l'économie), a par ailleurs précisé qu'aucun plafonnement à la hausse des taux n'était prévu. Autrement dit, les taux pourraient théoriquement prendre l'ascenseur les années suivantes.

Autre subtilité, la Confédération laisse la possibilité aux banques de choisir comment elles veulent accorder ces crédits. Ainsi, les prêts accordés par certaines banques ne se matérialisent pas en forme d'argent versé sur le compte des emprunteurs, mais constituent en fait une limite de découvert équivalente au montant demandé. C'est notamment l'approche adoptée par PostFinance.

Une solution peu idéale pour les indépendants

Pourtant, cette manière de faire n'est pas anodine pour les petits patrons en manque de liquidité. "La perspective de se retrouver en permanence en négatif sur un compte, c'est une catastrophe quand on est une petite entreprise. C'est déjà difficile de sortir la tête de l'eau en temps normal, alors là, c'est psychologiquement encore plus dur", explique Lionel, petit patron du canton de Fribourg qui a fait une demande de crédit auprès de PostFinance.

Contactée, PostFinance se justifie en considérant que cette solution est "plus flexible", la limite accordée pouvant être utilisée en une seule fois ou en fonction des besoins étalée dans le temps.

Sujet radio: Johanna Commenge

Adaptation web: Antoine Schaub

Sources :

https://www.lematin.ch/economie/caisses-pension-souffrent-coronavirus/story/25092163

https://amp-rts-ch.cdn.ampproject.org/c/s/amp.rts.ch/info/economie/11242684-des-subtilites-se-cachent-derriere-les-credits-garantis-par-la-confederation.html

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Invité
lundi 3 août 2020

Image Captcha

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://novusvia.ch/

Copyright 2016-2020 ©NOVUSVIA - Tous droits réservés - Designed by Bubble3DArt