Dernières nouvelles

  • Accueil
  • Blog
  • SUISSE - Bientôt des rentes de «misère» à la retraite ?

SUISSE - Bientôt des rentes de «misère» à la retraite ?

Il faut que les Suisses se préoccupent plus tôt de leur retraite et commencent à épargner plus vite aussi. (Photo: Keystone) Il faut que les Suisses se préoccupent plus tôt de leur retraite et commencent à épargner plus vite aussi. (Photo: Keystone)

Les retraités touchent des rentes toujours plus maigres. Au point que les salariés qui gagnent bien leur vie devront apprendre à vivre modestement après 65 ans.

Précarité des aînés

"En comparant les montants versés aux retraités par rapport au niveau de vie du reste de la population, force est de constater que les Helvètes semblent mal lotis. En effet, 23,4% des personnes âgées reçoivent moins de la moitié du salaire moyen suisse." Voir l'article : Retraite et Investissement - Si vous regardiez plutôt vers l'immobilier à l'étranger ?

En novembre 2017 cet article mettait enfin en évidence la précarité des retraites Helvétiques (les plus basses d'Europe par rapport au coût de la vie)

"En raison de la chute des rentes depuis 2012, les actifs touchant moins de 84'000 francs par an auront de la peine à boucler leur budget une fois à la retraite."
Voir l'article : Retraite: les Suisses devront «calculer serré

Là aussi en juin dernier, nous constatons que plus de 50% des retraités ne pourrons plus continuer à vivre en Suisse, si il ne veulent pas sombrer dans la précarité et devenir dépendant des prestation SPC, comme tant de nos ainés actuellement déjà.

L'article ci-dessous explique de manière claire, mais encore prudente, la situation suivante :

"Durant votre vie active, si vous ne songez pas au plus vite à investir judicieusement afin de maitriser votre épargne et vos rendement récurrents, arrivé à la retraite vous crèverez de faim ou vous vivrez misérablement, dépendant des aides sociales, en attendant la mort !"

Belle perspective après 45 ans de dur labeur ? Non ?

Certes il y aura les fonctionnaires des classes supérieurs et les très hauts revenus qui n'auront aucun problème (tant mieux pour eux) mais pour toute cette classe moyenne-working-poor il n'y a qu'une seule solution l'investissement dans des produits de rendement sécuritaires qui leur permettront de générer du rendement afin de vivre une belle retraite agréable bien méritée

Pour cela nous ne saurions mieux vous conseiller l'immobilier de rendement locatif, touristique et ou de longue durée.

Nous sommes à votre disposition avec nos équipes au Portugal, Thaïlande et Cambodge pour tout renseignements sans engagement.

Alain Farrugia

Il est Suisse et il gagnait plus de 6500 francs par mois à l'âge de 65 ans. Il a cotisé toute sa vie à sa caisse de pension. Ce citoyen lambda est désormais à la retraite. Et il ne touche plus que 4230 francs par mois, soit autant qu'un working-poor en Suisse. Ceci alors que sa rente AVS est pourtant au maximum. Ces chiffres ont été calculés par l'Union syndicale suisse (USP), sur la base de données fédérales.

Et c'est inquiétant, souligne jeudi le Tages-Anzeiger. Pour la première fois depuis l'introduction de la prévoyance vieillesse obligatoire, les pensions des retraités ont diminué fortement ces dernières années.

Selon une étude de Swisscanto, la rente moyenne que touche un retraité (1er et 2e piliers) est passée de 5357 francs en 2013 à 4741 francs en 2017. Soit une baisse de 600 francs par mois en 4 ans. Et ce n'est pas fini, selon la Fondation collective qui gère la prévoyance professionnelle de plus de 50'000 salariés en Suisse.

Revenus moyens touchés aussi

Cette baisse ne se fait pas sentir uniquement sur les petits salaires ou ceux qui ont connu des interruptions de carrière. «Même les personnes ayant un revenu moyen n'ont plus qu'une rente de vieillesse de l'ordre d'un salaire faible après la retraite», souligne Felix Wolffers, co-directeur de la Conférence suisse des institutions d'action sociale (CSIAS).

Et avec une rente de 4230 francs par mois, un retraité doit vivre très modestement aujourd'hui, explique Max Klemenz, coresponsable du conseil en matière d'endettement dans le canton de Zurich. Il fait le calcul: si on déduit les dépenses obligatoires - impôts, loyer, assurance maladie, etc, il reste 1800 francs pour vivre. Soit pour payer la nourriture, les boissons, les habits, les assurances, le téléphone, Internet, les frais de transport et ceux de santé. Impossible de mettre encore quelque chose de côté. Il faut donc apprendre à vivre modestement une fois à la retraite, estime-t-il.

60% du dernier salaire

Pourtant notre système de sécurité sociale est censé permettre aux assurés de maintenir leur niveau de vie après la retraite. C'est même dans la Constitution, souligne le Tagi. L'addition des rentes de la prévoyance professionnelle et de l'AVS doit en effet correspondre au minimum à 60% du dernier salaire. En 2013, les pensions étaient encore si élevées qu'elles correspondaient à plus de 80% du salaire, selon Swisscanto. Ce chiffre est tombé à 71% l'an dernier. Et de nombreuses rentes sont déjà inférieures aujourd'hui à ce taux, en particulier pour les revenus élevés.

Les retraités vont-ils devoir dépendre de l'aide sociale du coup dans le futur? Pour l'instant non, car ils peuvent demander actuellement des prestations complémentaires (PC) pour compléter leurs rentes si besoin, soulignent les spécialistes. Mais si celles-ci continuent de diminuer, de plus en plus de seniors vont devoir faire appel aux PC. Ce qui fait que ces dernières, sous pression, pourraient bien être revues à la baisse, craignent-ils.

«Epargner plus tôt»

Selon Thomas Gächter, professeur du droit de la sécurité sociale à l'Université de Zurich, «si rien ne se passe, nous deviendrons un peuple de bénéficiaires de prestations complémentaires». Aujourd'hui déjà, 12 % des retraités, soit 204'800 personnes, dépendent d'elles.

Comment faire alors pour ne pas se retrouver en situation délicate à l'heure de la retraite? «Il faut que les assurés s'inquiètent plus tôt de leur 2e pilier pour pouvoir compenser la baisse des rentes», conseille René Raths de Swisscanto. Et surtout, il faut que les Suisses commencent à épargner plus tôt. «Si on ne se met à calculer qu'à 55 ans ce que l'on va toucher à la retraite, c'est déjà trop tard», prévient-il.

Source : 20 Minutes

Comment le Portugal se dirige vers le plein emploi...
L’impôt à 80%: Hollande en aurait rêvé, la Suisse ...

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Invité
jeudi 13 décembre 2018
Copyright 2016-2018 ©NOVUSVIA - Tous droits réservés - Designed by Bubble3DArt